Archive

Critics

Proust Questionnaire of the late 19th century:

A questionnaire for the immodest and curious
(not obligatory for anyone)

  1. Name, patronymic, last name
  2. Pen-name, or a preferred pen-name
  3. Age and preferred age
  4. Attitude to marriage
  5. Attitude to children
  6. Profession and preferred profession
  7. What century would you like to live in?
  8. What city would you like to live in?
  9. From what age do you remember yourself and your first memory?
  10. Which of the existing religions is closest to your world-view?
  11. What kind of literature do you like the most? What literary genre?
  12. Your favorite books
  13. Your favorite art
  14. Your favorite artwork
  15. Your attitude to technology
  16. Do you appreciate philosophy? As a form of scholarship, as a pastime
  17. Do you believe in progress?
  18. Your favorite aphorism
  19. Your favorite language
  20. On what foundations does the world stand?
  21. What miracle would you perform if you had a chance?
  22. What would you do if you suddenly got a lot of money?
  23. Your attitude to modern woman
  24. Your attitude to modern man
  25. What virtue and vice do you prefer and disapprove of in a woman?
  26. What virtue and vice do you prefer and disapprove of in a man?
  27. What gives you the keenest pleasure?
  28. What gives you the keenest suffering?
  29. Are you a jealous person?
  30. Your attitude to lies
  31. Do you believe in love?
  32. Your attitude to drugs
  33. Your most memorable dream
  34. Do you believe in fate and predestination?
  35. Your next reincarnation?
  36. Are you afraid of death?
  37. Would you like man to become immortal?
  38. Your attitude to suicide:
  39. Are you an anti-Semite? Yes. No. Why?
  40. “Do you like cheese”?
  41. Your favorite mode of transportation
  42. Your attitude to solitude
  43. Your attitude to our circle
  44. Think of a name for it
  45. Favorite menu

It takes the Stanford Encyclopedia of Philosophy 28,250 words to explain the woolly concept of relativism. It takes Genis Carreras 32 words and a single image. If you ask me, he doesn’t even need the text.

—Co.Design

Philographics is all about explaining big ideas in simple shapes, merging the world of philosophy and graphic design. Here are ninety-five designs, each depicting a different “–ism” using a unique combination of geometric shapes, colors, and a short definition of the theory.

Genis Carreras writes:

The visuals [are] open to different interpretations, allowing the reader to draw their path to connect the idea behind each theory with its form. This plurality reflects all the different theories to see and understand the world that are compiled [in] this book. The book aims to be the starting point of deeper discussion about these theories; it’s a trigger of conversation to bring philosophy back to our daily lives.

Maria Popova from Brainpickings says: Perhaps most importantly, these minimalist graphics are designed to tickle our curiosity and spark deeper interest in influential theories of human nature and human purpose that those of us not formally trained in philosophy may not have previously been inspired to explore.

Skepticism

True knowledge or certainty in a particular area is impossible. Skeptics have an attitude of doubt or a disposition of incredulity either in general or toward a particular object.

Relativism:

Points of view have no absolute truth or validity, having only relative, subjective value according to differences in perception and consideration. Principles and ethics are regarded as applicable in only limited context.

Absolutism:

An absolute truth is always correct under any condition. An entity’s ability to discern these things is irrelevant to that state of truth. Universal facts can be discovered. It is opposed to relativism, which claims that there is not an unique truth.

Positivism:
The only authentic knowledge is that which is based on sense, experience and positive verification. Scientific method is the best process for uncovering the processes by which both physical and human events occur.
Empiricism:

Knowledge arises from evidence gathered via sense experience. Empiricism emphasizes the role of experience and evidence, especially sensory perception, in the formation of ideas, over the notion of innate ideas or tradition.

Humanism:

Human beings can lead happy and functional lives, and are capable of being ethical and moral without religion or dogma. Life stance emphasized the unique responsibility facing humanity and the ethical consequences of human decisions.

Hedonism:
Pleasure is the only intrinsic good. Actions can be evaluated in terms of how much pleasure they produce. In very simple terms, a hedonist strives to maximize the pleasure and minimize the pain.
Authoritarianism:
Submission to authority and opposed to individualism and democracy. An authoritarian government is one in which political power is concentrated in a leader who possesses exclusive, unaccountable, and arbitrary power.
Determinism:

Events within a given paradigm are bound by causality in such a way that any state of an object or event is determined by prior states. Every type of event, including human cognition (behavior, decision, and action) is causally determined by previous events.

Solipsism:

Knowledge of anything outside one’s own specific mind is unjustified. The external world and other minds cannot be known and might not exist.

 

 

Chapter 1 –
The Compleat Angler

How does an ordinary bag of chocolate sweets become a symbol of sexual victory?

As Joe and her experienced friend B embark on a train trip, they bet on how many men they can seduce on the ride.

The grand prize is a delicious bag of chocolate sweets, and it soon becomes clear to Joe that in order to win, she needs to lure the prey into biting the hook like a skilled fisherman.

– the Danish enfant terrible –

Lars von Trier: ‘I’m used to being disliked’

I recommend you to read this article about LVT:

http://www.timeout.com/london/film/lars-von-trier-im-used-to-being-disliked

Nymphomaniac |  Forget About Love

Un petit rappel sur le film:

“Folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est autodiagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.”

Le film sera tourné en deux versions : une version soft pour la distribution en salles, et une plus “hard”.

  L’ANALYSE DE CONTENU DES SOURCES DE DOCUMENTATION

Dans nos jours, les moyens de communication influencent nos perceptions, à vrai dire, on est guidé vers certaines interprétations déjà précisés. La télé est l’un de ces moyens qui touche profondément à la perception du spectateur en utilisant le domaine visuel. Et notamment les séries télévisées sont des bons exemples pour cela. Sachant que la société turque a une histoire très enraciné, le media turc populairement a commencé peu à peu de faire les films, les séries télévisées sur les vies des grands noms de l’histoire. Les contenues de ces séries sont formées et rédigées par des idéologies contemporaines ou autrement dit, des idéologies qui dominent à ce temps là.

Le Siècle Magnifique ’ 

   La structure de la société turque est influencée facilement par le média. On voit des émissions touchant au coté traditionnelle, nationaliste ou bien islamiste etc. aux gens. Il y a 3 mois qu’une série télévisée sous le nom du  « Siècle Magnifique »[1] qui raconte l’histoire de la vie privée de Soliman le Magnifique, met en scène sensationnellement.

   En fait, cette émission a été beaucoup discutée soit par le premier ministre de l’état, soit par des historiens et soit par la société. Le Siècle Magnifique est lancé étant la production le plus cher de la Turquie avec un chiffre de 3.5 Million Lira. Il était plainé et accusé par Bülent Arinç, vice-premier ministre, et porte-drapeau des conservateurs de l’AKP, s’est montré comminatoire : « Ceux qui tentent d’humilier les figures importantes de notre histoire en les représentant d’une façon infidèle devraient être punis. Le nécessaire sera fait. » Le scénariste, Meral Okay, a défendu sa fiction en rappelant que les sultans ne se reproduisaient pas par « insémination artificielle ». Mais cette émission avait reçu environ 75.000 des plaintes dans 25 jours. Ensuite le RTÜK (Conseil National de Surveillance des Radios et des Télévisions) a donné un avertissement à la chaîne pour « atteinte à la vie privée » de Soliman le Magnifique.

   Cette analyse basée sur des commentaires des lecteurs pour bien comprendre leurs perceptions en cas des réactions d’une telle façon, si négatives, conservatrice-nationaliste etc. Pourquoi ils protestent une émission historique et pour voir leurs manières avec des mots thématiquement semblable etc. Et quel message se trouve dans le sous-texte, de se confronter avec notre histoire ou bien considère que cet une fiction inspiré par l’histoire. Le but concret est d’analyser le contenu de différents types des commentaires.

   Avant de passer des commentaires, qui ont des idéologies différentes, sur Le Siècle Magnifique ; il faut sommer le premier épisode : On pourrait dégager les scènes en trois parties. Premièrement on voit le sultan en train de boire de l’alcool, ensuite succombant aux charmes de ses concubines d’ « harem », et un sultan sans merci durant l’organisation des codes d’Ottoman contre ses députés. A cause de ces certaines images, cette fiction est jugé islamiquement et historiquement incorrecte.

   L’aspect qui nous intéresse, c’est bien évidemment des commentaires dans des journaux sur l’internet. Pour arriver à une bonne analyse, on doit comparer les deux documents qui ont des idéologies contraires. « Radikal », est un journal des intellectuels de la classe moyenne supérieure très connu. Là, on trouvera surtout des commentaires positivement supportant la sériée télévisée du sultan Soliman comme : « on est trop sensible quand on parle de notre histoire glorieux, mais montrant des réalités ne devrait pas nous faire perturbé ». D’autre côté, sur le site officiel de cette sériée télé, on y trouvera des commentaires complètement contre ceux-ci comme : « honte à vous qui fait cette série, c’est totalement inacceptable !! » D’être objectif, vingt commentaires qui sont ni trop longues ni trop courtes, ont été choisis d’analyser (dix commentaires sur Radikal, dix commentaires sur le site officiel. Ils contiennent des informations du 1er épisode de 5 janvier à 10 janvier 2010).

   S’il faut ouvrir une parenthèse ici ; une série télévisée sous le nom de « Hürrem Sultan » mit en scène en 2003 en Turquie. En faisant une analyse comparative historique, la société turc contrairement au Siècle Magnifique, trouvaient cette minisérie (8 épisodes) illustrant notre histoire correctement, pas des représentations sexuelles etc. et il y a peu de commentaires dans l’internet pour bien examiner mais parmi quelques commentaires ceux qui le critique, ils parlent surtout leurs mécontentements sur le jeu de l’actrice d’Hürrem Sultan. Ce perspectif différent entre les deux séries télévisées de la société, indique que les turcs n’aiment pas voir les grands noms en faisant l’amour, en boisant de l’alcool etc. en télé. C’est peut être pour cela la série télé « Hürrem Sultan » n’était pas beaucoup jugé par des turcs. Il montrait surtout des guerres avec une image du sultan du côté charismatique, réussi avec des fonctions du leadership.

Commentaires des Lecteurs de Journaux ’ 

   Pour qu’on voie et analyse des commentaires des spectateurs, on utilisera la méthode d’analyse thématique. Tout d’abord pour les commentaires du journal Radikal, on voit les réactions les plus répétitives sous les mots de « les vérités de l’histoire, grand l’empire, la réalité, devoir connaitre bien votre culture, vos ancêtres, vos pères etc., l’art libre, les réactionnaires, harem ». Il y en a deux commentaires qui soulignent qu’elle est contraire aux lois islamiques et mal construit. Les lecteurs de Radikal, mettent un point très important en disant que ce n’est pas un documentaire historique, mais une sériée télévisée avec des scènes amoureuses, plein d’intrigues, des femmes etc. C’est vrai que quand on dit l’empire ottoman, on pense d’abord le palais, la vie d’harem. Donc on peut analyser que les lecteurs de Radical, perçoivent cette émission comme une fiction et ils trouvent « normal » de montrer la vie privée d’un sultan. Parce qu’il était un être humain selon des commentateurs.

   En plus, il y a une différence idéologique des lecteurs de Radikal et les membres du site officiel de « Muhteşem Yüzyıl ». Nous remarquons que les commentaires ici, thématiquement contiennent les mots « érotisme, harem, pères ottoman, nos racines, plaisir, tendances sexuelles exagérées, religieuse, un nom consacré, manque des réalités, nation turc, Coran, joie, ancêtres etc. ». On peut affirmer que la sexualité est encore un tabou en Turquie. Même chose pour les sériées télévisées qu’on analyse ici avec des mots les plus répétitives etc. Ils voudraient voir plutôt la côté traditionnelle, religieuse et nationaliste du sultan Soliman le Magnifique, avec des épées dans ses mains en combattant etc. En donnant un exemple concret de ce que je prétends : parmi des commentaires du site officiel du Siècle Magnifique, l’un tire notre attention avec un nom d’utilisateur « ottoman » qui dit : ‘ C’est un déshonneur de couvrir une mentalité perverse, vicieuse et paillard, qui est trop loin d’un esprit ottoman, en démontrant des images d’une tel manière, utilisant le nom honorable « ottoman ». C’est la trahison, crasse aux vos ancêtres, vos pères puisque vous êtes leurs petits-enfants. ’. Cette perception de commentateur peut être associée avec la suivante : La position ou autrement dit la manière de l’individu face à une identité ; un caractère non désirable, mal lancé et moralement mauvaise codé, peut être percevoir comme un caractère « répréhensible ». Car notamment l’identité acceptée doit être approuvé ici.[2] C’est pour cela les manifestants protestent cette émission puisqu’ils perçoivent que ce n’est pas le cas, n’est pas la réalité dans cette fiction. Disant ils veulent regarder un portrait de Soliman ce qu’ils ont appris jusqu’aujourd’hui.  Mais en réalité, le média devrait-il démontrer les vérités de l’histoire ou ceux qui sont enjointes ou faisaient accepté aux gens ?

L’identité des Lecteurs du Forums ’ 

   Quant à des lecteurs, il faut analyser la manière dont ils utilisent leurs noms d’utilisateurs. Pour le journal Radical, on voit des noms comme « tribus, reckless, sözüer, hidrojen, besyuzbininciradikal, carlos terro repetto, herhangi biri, dursun fakıh, burhan felek, yasin, ali, hakmar etc. » cela nous montre qu’ils sont plutôt des hommes et ils utilisent ses vrais noms. Certains utilisent des noms étrangers et certains utilisent des noms qui veulent dire « patriote » etc. Dans le site officiel de Muhteşem Yüzyıl, les lecteurs n’utilisent pas des noms d’utilisateurs en général, parmi tout les commentaires les noms le plus sur l’histoire utilisant c’est « ottoman, nationaliste, historien »  Ce que nous attendre ici, c’est que les lecteurs de Radikal, comme on a dit, sont appartient surtout la classe moyenne supérieur qui lisent plus qui ont la confiance en soi en critiquant cette émission que les autres peut être. D’autre côté, les commentateurs dans le site officiel, ils sont plutôt des conservateurs-nationalistes, le monde d’internet n’est pas connu parmi eux. Etant un conservateur, ils voudraient cacher les choses comme leurs noms etc. C’est peut être à cause de cela ils critiquent la représentation d’harem en télévision.  Parce qu’en islam, on parle d’un « mahremiyet » c’est à dire plein de secrets dans « la vie sexuelle » etc.

   Pour leurs sexes, la majorité des commentateurs sont homme. Dans les deux types de sources il y en a peu de femmes. Etant une société patriarcale, les gens turc adoptent des termes « ottoman » ou « islamique ». Ayant Le Siècle Magnifique une série historique turc représentant des images notamment de l’harem, il est possible de dire que les sujets islamiques et nationalistes tirent d’attention plutôt par des hommes en Turquie. Les femmes prennent une position traditionnellement arrière plane dans ce cadre-là.

Que veut dire le sous-texte ? ’ 

   Comparant les deux types de commentaires des journaux, en Radikal, il est probable de voir que plusieurs lecteurs perçoivent la série télévisée comme une « fiction », que les lecteurs du site officiel de Muhteşem Yüzyıl. Mais au dessus de cela, il y a un point très important, c’est que les gens défendent la position, on pourrait parler d’une campagne « lynchage » au sens abstraire. Selon Michael Billig, cela vient des habitudes, des notions, des différents types de croyances dans la vie quotidienne qui forment la conscience collective. Et il ajoute que le media joue le rôle le plus important en formant la conscience collectif nationaliste des individus. Ils influencent nos manières de percevoir le monde etc. Dans le sous-texte des réactions qui montrent les émotions « nationaliste » dans nos documents, il y a un « nationalisme banal »[3]. On peut lier ça à une perception de nationalisme, croyant qu’ils ont des racines d’ottoman culturellement et ethniquement. D’autre côté, une conscience qui retourne une  « explosion émotionnelle », base des émotions idéologiques précédemment crée, qui vient âpres des grands succès ou des crises nationaux. Le media nourrir ceci avec des documents courants. Créant des émissions historiques, il relève les valeurs communes de la société turque. Ça corresponde comme un « rappel des racines, des ancêtres » ou bien une « interrogation » pour le Siècle Magnifique en donnant la priorité à la vie privée.

   La société turque ne s’est pas encore confronte avec son histoire. Il y a une façon d’explication de l’histoire populiste avec des représentations héroïques, des discours un peu « conservatricesnationalistes » etc. Dans ce cadre-là ce qui faisaient ces commentaires, (érotisme, tendance aux femmes, mal formé, un nom consacré, nation turc, religieuse, vos pères etc.) gagnent un point de vue « étroite ». Ils cherchent un caractère avec des images sans faute, religieuse, patriote etc.  En fait, les caractères héroïque des films ou des sériés télévisées relève une telle situation de  « propriétés » ou des « adoptions » dans le sous-texte. Par exemple un commentaire bien illustre cela : « Premièrement cette émission concerne plein de fautes, c’est complètement catastrophique. En plus, il est fait délibérément pour gagner de l’argent. Peut être ça veut tirer l’attention des gens comment les gens possède leur ancêtres. Et ce nation turc ne laisse pas vous de jurer a nos pères. C’est certainement impossible en utilisant des représentations érotiques. Les ottomans sont vos pères et en rejetant ça, vous deviendrez des traîtres ! ». Alors selon quels critères on évaluera ces caractères ou comment faut-il les percevoir ?

Sanctifier les caractères dans des émissions ’ 

   En poussant notre réflexion plus loin, il devrait parler d’un autre aspect : les « inquiétudes » dans les réactions des lecteurs su Muhteşem Yüzyıl. Les gens cherchent son histoire, ses ancêtres, ses pères pensent qu’ils considèrent eux-mêmes nuls sans leurs racines. Pour pouvoir comprendre ce reflexe, il faut analyser le sous-texte de mot « inquiétude». La source d’inquiétude semble un peu indéterminée. Les gens créent une fiction ou disant une spéculation dans leurs tètes. Ici, c’est comme Muhteşem Yüzyıl est un mauvais exemple aux petits-enfants d’ottoman. A partir de ce sens là, âpres le premier épisode de Le Siècle Magnifique, les conservateurs font une croyance que cela entache la « vie privée » et le nom « magnifique » du sultan.

   En outre, actuellement le media souligne la côté « turc » des caractères dans les films, les séries télé etc. c’est assez remarquable qu’il a un grand influence sur la culture populaire. Tel qu’on perçoit une «  sanctification » des grands noms selon des commentaires. Le film récent de Can Dündar sous le nom de « Mustafa » qui raconte la vie privée de M. Kemal Atatürk (leader de la société Turc et fondateur de la Turquie), était accusé par beaucoup des gens montrant le leader alcoolique et vulnérable à sa femme par des Kemalistes. Donc pourquoi les lecteurs sont contre ce film, cette émission? On peut accoiser ça avec le rôle des leaders du gouvernement. Car politiquement, le parti pour la justice et le développement islamo-conservateur déjà confirme qu’il devrait supprimer cette émission en raison des représentations mal lancé du sultan Soliman le magnifique, et il y a seulement des lois qui défends M. Kemal Atatürk mais on doit faire des légistes contre à insulte aux grands noms comme Soliman le Magnifique. Le parti même « sanctifie » ce caractère de l’émission. Comme Michel Foucault dit, l’insatisfaction de l’état, contre cette série télévisée influence directement les spectateurs conservatrice-nationalistes.

   Un lecteur avec un nom d’utilisateur « historien » du site officiel dit que : ‘ Etant un historien, moi je suis sans doute contre a cet émission. Touts les scènes sont fausses. Elle ne représente pas notre culture et société. Des femmes avec des décolletés, tendance exagérées sexuelles, les relations homosexuels, la manière dont le sultan agis aux esclaves, l’érotisme etc. dite-moi comment je peux conseiller une telle émission qui concerne seulement la sexualité en télé aux mes étudiantes ? ’ En réalité, l’histoire dont on parle ne peut pas corresponde avec ce que gens « construire ». A partir de cela, cette non-correspondance concilier avec dépeint le harem âpres le périmer épisode. Selon Orhan Tekelioğlu[4] (sociologue en communication de l’Université Bahçeşehir), les concubines « étrangères » utilisant la sexualité impressionne le sultan et de cette manière les « inquiétude» augmentent. Parce que les lecteurs peuvent percevoir que âpres ce 1er épisode, l’image du sultan Soliman le Magnifique va être racé. Donc, peut être les réalités de l’histoire sanctifiée d’ottoman en train de transpirer. Quand on regard les commentaires cette situation de sanctification pousse les créateurs d’émission Le Siècle Magnifique d’être plus sensible aux « réalités ».

   Sous la lumière de ces analyses qu’on a faites dans cette recherche, les lecteurs du site officiel de Le Siècle Magnifique sanctifient le sultan, les grands noms de l’histoire basée des mots répétitifs thématiquement sur internet. La perception du nationalisme ici, nous sépare des autres sociétés proposent notre identité conservatrice-nationaliste. Il y a une « idéalisation » de l’histoire nationale avec un « fiers du passé ». Donc ceci en représentant des aspects différents comme « indésirable à voir », « caché » ou « mahremiyet » par de media, ça pose des problèmes d’âpres les lecteurs du site officiel de l’émission. Ce n’est pas l’histoire qu’ils sont appris et notamment les traditions transportant avec les ancêtres ottoman chez turc c’est d’être religieux, traditionaliste, respectueux et juste. Par contre la mentalité des lecteurs du Radikal, comme on a analysé, ils ont une point du vue plutôt disant que ce n’est pas un documentaire historique, ils trouvent cette émission « normal ». Leurs perceptions changent aussi puisqu’ils appartiennent des différentes classes sociales. Une analyse de contenu avec deux sources de différentes idéologies nous aidé beaucoup pour associer ce que nous examen dans une structure sociologique.

– BIBLIOGRAPHIE

1. FOUCAULT Michel, 2007, Paris, tomme 2, p16.

2. BILLIG Michael, 2002,  İstanbul: Gelenek Yayıncılık, Banal Milliyetçilik

3. TEKELİOĞLU Orhan, 16.01.2011, « Endişeli Muhafazakarlar », Radikal

4. http://www.muhtesemyuzyil.gen.tr/muhtesem-yuzyil-1-bolum-yorumlariniz.html

5. http://www.radikal.com.tr/Default.aspx?aType=TumYorumlar&ArticleID=1035887&PAGE=3

6. http://acturca.wordpress.com/2011/01/13/une-serie-turque-sur-soliman-le-magnifique-fait-scandale/

7. ERYILMAZ Banu, « Bir Söylem Olarak Milliyetçilik », Anadolu University The Journal of Social Sciences, vol.10, 2010.

8. ÖZKIRIMLI Umut,  « Langue Dominante: Le Nationalisme », 2008, Istanbul.

      FICHE D’UNE ANALYSE DU CONTENU

Description du sujet : L’analyse de contenu des commentaires dans un journal et un site officiel d’une série télévisée qui ont des idéologies différentes. Cette analyse concerne 20 commentaires choisis entre la date du 5 janvier 2010 et 10 Janvier 2010 de journal sous le nom de Radikal et le site : www.muhtesemyuzyil.gen.tr

Problématique : D’analyser les idéologies, la manière de percevoir des commentateurs de la représentation d’un nom historique au fond d’écran avec des images sensationnelle utilisant des sources appartient des différents classes sociales.

Présentation de votre corpus : Comprendre le sous-texte des réactions nationalistes-islamiques des certains lecteurs et des réactions positif d’autre lecteurs. La série télévisée s’appelle « Muhteşem Yüzyıl » qui mit en scène en 5 janvier 2010 avec beaucoup de critiques. Le sexe des lecteurs sont surtout des  hommes. Ils utilisent les noms d’utilisateurs en général etc.

Critique externe et interne :

L’étude de l’émetteur : Les commentateurs du site officiel d’émission et le journal Radikal.

Le contenu du message : Les réactions nationaliste-conservatrice, soutien, manifestant etc.

L’étude de la forme : Les mots thématiquement répétitifs, la manière de l’utilisation des noms d’utilisateurs…

L’étude de récepteur : Les lecteurs et d’une fois les créateurs du Siècle Magnifique, les productions du chaine, les spectateurs.

L’effet du message sur le récepteur : corriger les erreurs historiques sur l’émission et la suppression des images de contenu sexuel.


[1] Le mot “magnifique” surnommé par les Occidentaux qui veut dire le « Grand Turc ». Le Sultan Soliman paraissait un danger pour tout le monde en raison de sa puissance et de son ambition. Grâce à lui, l’état a connu son âge d’or.

[2] FOUCAULT Michel, 2007, Paris, tomme 2, p16.

[3] BILLIG Michael, 2002,  İstanbul: Gelenek Yayıncılık, Banal Milliyetçilik.

[4] TEKELİOĞLU Orhan, 16.01.2011, « Endişeli Muhafazakarlar », Radikal.

sully et les chamanes

“Sully et les Chamanes” “Cette nouvelle formation parisienne, dirigée par Sully Chamand, puise son inspiration dans le patrimoine réunionnais des orchestres de bal des années 50-60 tels que “Club Rythmique” de Jules Arlanda ou “Le Jazz Tropical” de Claude Vinh San. Elle vous proposera un bal créole aux sons du SEGA et du MALOYA. Parti du constat que les musiques traditionnelles réunionnaises sont indissociables de leurs danses, cet orchestre a pour motivation de “rendre leurs musiques aux danses”. Sully musicien-pédagogue réunionnais, entreprend un vaste projet de valorisation de la danse par un travail de recherche, de codification et de transmission afin de permettre sa pratique par le public le plus large. Entre compositions originales et reprises de standards, “Sully et les Chamanes” se veut être la représentation actuelle d’une expression populaire encore méconnue, et propose de vous entrainer sur la piste par des rythmes qui trouvent leurs sources entre Europe, Afrique Australe et Sud de l’Inde.

Bu grubu Fêtes Des Vendanges festivali kapsamındaki bi konserde dinledim ilk kez. Ama gruptan çok, şarkılarla eğlenen insanlar dikkatimi çekti. Ufak bi yerde, hatta yaşayanların sosyal statüsünün ne kadar düşük olduğunu görmenin zor olmadığı bir yerde sahne aldılar. Tüm gece boyunca saysanız 20 kişiyi geçmeyecek bir topluluğa şarkı söylediler. Müziği o kadar çok seviyorlar ki her bir notada ayaklarıyla ritim tutuyolar, şarkının sözlerini gözlerini kapatıp tebessümle söylüyorlar, kalabalığa ya da kimsenin olmayışına aldırmadan, aman yanlış notaya basarsam ne olur derdine düşmeden “yaşayarak” müzik yapıyorlar. Sadece onlar değil bu hazzı yaşayan. O yirmi kişilik toplulukta bile en az on beş kişi önce ayaklarıyla başlayıp sonra kalçalarına, oradan kollarına uzanan bir düzenle dans ediyor usulca. Evsizler, yaşlılar, Japonlar, Marocaines ler, Araplar, Cezayirliler, Fransızlar, çocuklar, alkolikler ve daha türlü türlü insanlar sadece iki saatliğine her şeyden uzaklaşıyor bu grupla.    Buz gibi soğuğa aldırmadan aynı kişiler konserin sonuna kadar kaldılar. Sırf fotoğraf çekebilmek için gelenler bile vardı. Alkolü fazla kaçırıp genç kızlardan bi şeyler koparacağı umuduyla etrafı gözleyenler, birbirini aslında hiç tanımayıp “dans etmek” için kollarını kavuşturan yaşlı çiftler, hayatında fazla eğlencesi olmayan böyle evine yakın belediye organizasyonlarına boyun eğen çalışanlar, çocuklarının hatrına gelenler, mutsuzluklarına bir gölge arayanlar, “biriyle tanışırım, belki de sonra sevişir benle, hatta belki romantik bi ilişkiye başlarız” düşüncesinde olanlar, turistler, bedava olmasından yararlanan sanatsal bir aktiviteye katılmak isteyenler, grubun ezgilerinden fena halde hoşlananlar, kendini bilinçsiz olarak düşündüğüm şekilde sahneye atanlar, sanatçılarla göz göze gelmek isteyen bunun için de en önden yer kapmaya çalışanlar, direklere tutturulmuş küçük rengarenk lambalar, ayağımızın altındaki bembeyaz kum taneleri ve daha pek çoğuyla kayda değer bir geceydi. İşte mutlu olmak basit bir olay. Sadece metroya bindim, biraz karanlıkta boş sokaklarda yürüdüm, sonra müziği duyarak parkı buldum. Sonrasında da şarkılarla ve “mutlu” olan olmaya çalışan olmak isteyen insanlarla aynı ortamda hayatı, her şeyi biraz unuttum. İki saatliğine dahi olsa neyin ne şekilde ne zaman sizi bulacağını bilemezsiniz. Bazen de işte böyle aramanız gerekir.    Sully Et Les Chamanes’a bu zevkli saatler için teşekkürler. Yerin adı La Chapelle – Les Jardins d’Eole’dü.

Bu adamın adını ileride çok duyacağıma eminim, çünkü iletişim sosyolojisi üzerine yoğunlaşmak istiyorum bu makalesini de NYTimes’tan direkt olarak alıyorum ve linki de paylaşıyorum … Bence kaydadeğer çıkarımlar var ..

SINCE the end of August Germany has been roiled by waves of political turmoil over integration, multiculturalism and the role of the “Leitkultur,” or guiding national culture. This discourse is in turn reinforcing trends toward increasing xenophobia among the broader population.

These trends have been apparent for many years in studies and survey data that show a quiet but growing hostility to immigrants. Yet it is as though they have only now found a voice: the usual stereotypes are being flushed out of the bars and onto the talk shows, and they are echoed by mainstream politicians who want to capture potential voters who are otherwise drifting off toward the right. Two events have given rise to a mixture of emotions that are no longer easy to locate on the scale from left to right — a book by a board member of Germany’s central bank and a recent speech by the German president.
It all began with the advance release of provocative excerpts from “Germany Does Away With Itself,” a book that argues that the future of Germany is threatened by the wrong kind of immigrants, especially from Muslim countries. In the book, Thilo Sarrazin, a politician from the Social Democratic Party who sat on the Bundesbank board, develops proposals for demographic policies aimed at the Muslim population in Germany. He fuels discrimination against this minority with intelligence research from which he draws false biological conclusions that have gained unusually wide publicity.

In sharp contrast to the initial spontaneous objections from major politicians, these theses have gained popular support. One poll found that more than a third of Germans agreed with Mr. Sarrazin’s prognosis that Germany was becoming “naturally more stupid on average” as a result of immigration from Muslim countries.

After half-hearted responses in the press by a handful of psychologists who left the impression that there might be something to these claims after all, there was a certain shift in mood in the news media and among politicians toward Mr. Sarrazin. It took several weeks for Armin Nassehi, a respected sociologist, to take the pseudoscientific interpretation of the relevant statistics apart in a newspaper article. He demonstrated that Mr. Sarrazin adopted the kind of “naturalizing” interpretation of measured differences in intelligence that had already been scientifically discredited in the United States decades ago.

But this de-emotionalizing introduction of objectivity into the discussion came too late. The poison that Mr. Sarrazin had released by reinforcing cultural hostility to immigrants with genetic arguments seemed to have taken root in popular prejudices. When Mr. Nassehi and Mr. Sarrazin appeared at the House of Literature in Munich, a mob atmosphere developed, with an educated middle-class audience refusing even to listen to objections to Mr. Sarrazin’s arguments.

Amid the controversy, Mr. Sarrazin was forced to resign from the Bundesbank board. But his ouster, combined with the campaign against political correctness started by the right, only helped to strip his controversial arguments of their odious character. Criticism against him was perceived as an overreaction. Hadn’t the outraged chancellor, Angela Merkel, denounced the book without having read it? Wasn’t she now doing an about-face, by telling young members of her Christian Democratic Union party that multiculturalism was dead in Germany? And hadn’t the chairman of the Social Democrats, Sigmar Gabriel, the only prominent politician to counter the substance of Mr. Sarrazin’s claims with astute arguments, met with resistance from within his own party when he proposed expelling the unloved comrade?

The second disturbing media event in recent weeks was the reaction to a speech by the newly elected German president, Christian Wulff. As the premier of Lower Saxony, Mr. Wulff had been the first to appoint a German woman of Turkish origin as a member of his cabinet.

In his speech earlier this month on the anniversary of German unification, he took the liberty of reaffirming the commonplace notion, which former presidents had already affirmed, that not only Christianity and Judaism but “Islam also belongs in Germany.”

After the speech the president received a standing ovation in the Bundestag from the assembled political notables. But the next day the conservative press homed in on his assertion about Islam’s place in Germany. The issue has since prompted a split within his own party, the Christian Democratic Union. It is true that, although the social integration of Turkish guest workers and their descendants has generally been a success in Germany, in some economically depressed areas there continue to be problematic immigrant neighborhoods that seal themselves off from mainstream society. But these problems have been acknowledged and addressed by the German government. The real cause for concern is that, as the Sarrazin and Wulff incidents show, cool-headed politicians are discovering that they can divert the social anxieties of their voters into ethnic aggression against still weaker social groups….

 Huzur verici sakince akıp giden melodilerin sahibi … Kimileri buna hüzün adını koyuyor bense huzur olmasından yanayım. Arka arkaya gelen aralıklı piyano vuruşları adeta beyninize kazınıyor böyle sessiz başlarken yumuşak notalarla akıp gidiyor onun eserleri. Ve sonra ani çıkışlar…Gnosienne gerçekten inanılmaz bir eser hepsi öyle ama onun verdiği “huzur” veya hüzün ne derseniz deyin bambaşka. Zaten piyanonun huzuru diğerlerinden çok farklıdır. Gürültü yaratan bir elektronik gitardansa kesinlikle bu yavaş piyano melodilerini tercih ederim. Yann Tiersen de hiç fena değil. Amelie ve Goodbye Lenin de ne kadar usta olduğunu fark ettik. Bunun dışında Eric Satie‘yi kulaklarınıza aşina yapan en canlı müzik belki de “Je Te Veux”dür. Ama sözsüz yalın piyano eşliğinde dinlemek … İşte bu inanılmazdır.